L'Hôtel van Eetvelde | Victor Horta | Art nouveau | Bruxelles


Tous les restaurants de Bruxelles
Tous les cafés de Bruxelles Toutes les rues de Bruxelles

Tout l'Art nouveau à Bruxelles

 

Hôtel Van Eetvelde
Architecte :   Victor Horta
Année :   1895-1897

avenue Palmerston 2-4
1000 Bruxelles (hors Pentagone)

www.hortamuseum.be

 

L'hôtel van Eetvelde est un magnifique hôtel particulier conçu par l’architecte Victor Horta en deux étapes à l'angle du square Marie-Louise et de l'avenue Palmerston. M. Van Eetvelde, secrétaire général pour l'Etat indépendant du Congo (qui est encore à l'époque la propriété privée de Léopold II), fait appel à Victor Horta pour matérialiser sa réussite sociale dans la pierre, et pour lui permettre d'organiser des réceptions dans une demeure appropriée, et d'un style novateur. Notons d'ailleurs au passage que Léopold II avait parfaitement compris que l'Art Nouveau était idéalement adapté à mettre en valeur les matériaux du Congo, tels que bois précieux, ivoire, etc. C'est là l'une des raisons pour lesquelles ce style fut prépondérant dans la décoration de la section coloniale de l'exposition internationale de 1897, installée à Tervueren. L’audacieuse façade des n° 4 et 6 et sa structure métallique apparente remontent à 1895. L’architecte s’y révèle particulièrement novateur, tout comme pour les espaces intérieurs organisés autour d’une verrière baignant d’une douce clarté les espaces de réception au raffinement extrême. A l'origine, le sol du hall situé sous cette verrière comportait même des dalles vitrées améliorant l'éclairage des caves. Horta utilise, pour la première fois dans le cadre d’une maison privée, une structure métallique imposante qu’il déploie soit pour supporter les étages en léger ressaut (les consoles), soit pour encadrer les fenêtres par des montants verticaux et des linteaux légèrement arqués. Le décor de la façade est très sobre, même si les motifs en mosaïque se compliquent vers le haut, comme pour annoncer celui de la balustrade du balcon supérieur. Les linteaux droits des portes-fenêtres du dernier étage supportent directement la corniche, rythmée par de nombreuses consoles. Réalisé trois ans plus tard, l’extension d’angle (n° 2) se reconnaît aisément par sa façade en pierre soigneusement taillée. Elle était destinée à ajouter un bureau et une salle de billard à la demeure principale, avec laquelle ces pièces communiquaient. Pour le reste, elle comprenait également des appartements de rapport. Son style est plus orné et rappelle la maison personnelle d’Horta qu’il vient d’achever rue Américaine à Saint-Gilles. Cette tendance à privilégier l’ornementation ne se démentira plus dans ses réalisations postérieures. Tant la porte d’entrée que les encadrements de fenêtre portent la marque de ce souci par la variété et la sensualité des lignes creusées dans la pierre. Les boiseries du bureau, en acajou clair du Congo et corail selon les vœux de son commanditaire forment un des plus beaux décors encore existants, dû à l’architecte. En 2000, l’hôtel van Eetvelde a été inscrit avec trois autres constructions majeures d'Horta sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Hôtel van Eetvelde | Victor Horta | Art nouveau | Bruxelles

Suivez eBru sur :

Suivez eBru_xelles sur Twitter
Suivez eBru sur Facebook