Porte de Hal (Hallepoort) - Bruxelles Pentagone


  Toutes les rues de Bruxelles
  Tous les restaurants de Bruxelles
  Tous les cafés de Bruxelles


   Origine/histoire de la porte


La porte de Hal est la seule porte qui subsiste encore de la deuxième enceinte de la Ville, édifié de 1357 à 1398. Dès 1564, sa fonction militaire lui fut retirée et elle fut successivement transformée en grenier à grains, en temple luthérien, en prison et en dépôt d'archives. Toutes les autres portes furent démolies de 1782 à 1784, sauf la Porte de Laeken, qui ne disparut qu'en 1808. La Porte de Hal fut épargnée parce qu'elle servait de prison. Elle faillit cependant disparaître à son tour en 1832. Heureusement quelques amis du Vieux-Bruxelles intervinrent énergiquement en sa faveur et la sauvèrent de la destruction. En 1847, la Porte de Hal devint un des premiers musées d'Europe, sous le nom de 'Musée Royal d'Armures, d'Antiquités et d'Ethnologie'. Elle devint ainsi le lieu où les citoyens apprenaient à connaître les réalisations des artisans d'ici, ainsi que celles de régions lointaines évoquant d'autres modes de vie.

La Porte de Hal, dont la première pierre fut posée, dit-on, en 1381, fut totalement transformée par l'architecte Beyaert, de 1868 à 1870. C'est alors qu'on boucha l'entrée de la porte vers la ville et qu'on y éleva une partie centrale semi-circulaire. La partie supérieure fut couronnée de mâchicoulis, d'échauguettes et d'une immense toiture. Ce travail a complètement altéré l'aspect architectural primitif de la Porte.

La partie la plus intéressante se trouve du côté de Saint-Gilles. Deux puissants contreforts, reliés en haut par un arc en anse de panier et réunis vers le milieu par un deuxième arc, y forment une sorte d'avant-corps. Ces arcs cachent un mâchicoulis, c'est-à-dire une large rainure, par où on pouvait déverser sur les assaillants des matières pondéreuses ou enflammées. Au-dessus de l'ogive inférieure on remarque deux trous carrés et obliques par où passaient les chaînes du pont-levis. Des fenêtres ogivales des étages ont remplacé des fenêtres qui étaient primitivement carrées. L'ogive inférieure est celle de la porte d'entrée. Un large fossé défendait celle-ci, et sur ce fossé se trouvait un pont en pierre à trois arches sur lequel venait retomber le pont-levis. Il serait facile de rétablir la situation primitive en dégageant tout simplement la porte et en rétablissant la herse et le pont-levis. Nous aurions ainsi un bel exemple de porte fortifiée du 14ème siècle.

 

 

   Choses à voir, à faire


 
Le Musée de la Porte de Hal

 


porte de Hal - agrandir le plan

 

Suivez eBru sur :

Suivez eBru_xelles sur Twitter
Suivez eBru sur Facebook