Suivez eBru_xelles sur Twitter

Suivez eBru sur Facebook


La rue Vésale (Vesaliusstraat) - Bruxelles Pentagone




Il ne subsiste de la rue Vésale que quelques bâtiments. Naguère, elle montait du bas de la rue de Schaerbeek (près du boulevard Pacheco actuel) jusqu'à la rue Notre-Dame-aux-Neiges, non loin de la place des Barricades. Au 15ème siècle, cette rue se nommait Eycstrate (rue du Chêne). Au siècle suivant, le principal bourreau à la solde du duc d'Albe, le sinistre Jan Grouwels, surnommé "Spellekens", grand pourvoyeur de l'Inquisition, y avait sa demeure et le peuple prit alors l'habitude de dénommer sa rue Spellekensstraet (allusion aux épingles, spellekens, dont il crevait les yeux des hérétiques pour qu'ils ne pussent plus voir le Diable). Au 18ème siècle, la rue prit officiellement le nom français rue des Epingles, qui fut remplacé en 1853 par celui de l'anatomiste André Vésale (Bruxelles, le 31 décembre 1514 - Zakynthos, le 15 octobre 1564). En 1876, le tronçon supérieur de la rue, à l'est de la rue Royale, fut rasé, rectifié, élargi puis richement rebâti sous le nom de rue du Gouvernement Provisoire. La partie inférieure a été écrasée sous le plus long mastodonte de la Cité administrative. Il ne demeure que la partie médiane.

Il a sa statue sur la place des Barricades.

 


 

 

Vue de la rue Vésale