Eglise de Notre-Dame aux Riches Claires - Bruxelles Pentagone


   Tous les cafés de Bruxelles
   Tous les restaurants de Bruxelles
   Toutes les rues de Bruxelles

   Toutes les églises de Bruxelles


  Eglise de Notre-Dame aux Riches Claires
rue des Riches Claires 21
1000 Bruxelles (Pentagone)

Eglise classée.

 

L'église de Notre Dame aux Riches Claires est toute sombre et salie - peu apparante au milieu de constructions médiocres. Les Riches Claires ou Urbanistes sont une organisation religieuse dont on retrouve des traces dès le XIVe siècle. L'édifice actuel date de 1665. Architecte : Luc Faid'herbe. Agrandissements en 1824 et 1833. Tandis que l'intérieur est harmonieux et régulier, l'église apparaît, de l'extérieur, inattendue, irrégulière et même quelque peu biscornue au sein du pâté de maisons qui l'enserre étroitement. Mélange d'inspirations italiennes et flamandes. Les lignes de ces blocs de maisons semblent redire pour toujours le labeur pénible, besogneux, qui s'est dépensé pour elles. Cette accumulation traduit des efforts. C'est là semble-t-il la dure conquête d'un bien avare.

L'église des Riches Claires. Rêveries. Des commentaires de l'architecte, du dilettante. Divers immeubles apparaissent accolés contre l'église. Ils l'enserrent, d'une façon originale - indiscrète - malencontreuse, semble-t-il. Ils masquent le vénérable édifice avec une tranquille assurance - avec effronterie. Cette circonstance, qui paraît désastreuse, est en réalité conforme à la tradition - conforme à l'esprit du monument et aux lois dont il est né.

Bien plus, aux époques primitives, pendant tout le douloureux et chrétien moyen âge, des maisons en bois enserraient les églises. La maison de Dieu dressait des formes augustes entre des formes médiocres, pressées, maladroites. Geste pathétique. Mouvement plastique qui a sa valeur. Accent qui redit l'héroïsme de la poule au milieu de ses poussins.

L'église des Riches Claires a une plastique confuse, altérée encore par des réédifications récentes qui font apparaître des motifs connus, classiques - notamment la console renversée propre au style baroque - sous un aspect inattendu et assez gênant. Deux clochetons. L'un vers l'entrée, élevé et de belle allure. L'autre redit des formes courtaudes et massives. Tous deux sont d'un art profane. Rien de chrétien, rien de sacré en eux.

Ces toitures affectent, dirait-on, un je-ne-sais-quoi de plantureux et d'abondant emprunté au monde végétal. Elles témoignent de la complaisance pour ce mouvement de deux courbes raccordées désigné en mathématiques une inflexion. Le plus haut des clochetons est profane vraiment. C'est un beffroi. C'est un campanile compliqué, amusant, aérien. Il est plein d'efforts inutiles. Accents que complète une croix lourde, ondulée, dorée, surmontée d'un coq. Ces tracés complexes, bulbeux - ces toits superposés et tout en hauteur, comme une digitale - et avec des renflements sans objet - sont spécifiquement brabançons.

Ces lignes qui apparaissent contre le ciel sont délicieuses. Il n'est pas exagéré de dire qu'elles le font valoir. Mais oui, ce ciel brouillé souvent - pluvieux souvent - a des traînées d'une délicatesse infinie. Perdues en général dans les espaces du zénith où rien n'arrête le regard - elles apparaissent, au contraire, riches, suaves, plaisantes à suivre - fines comme des étendues d'aquarelle - contre ce jeu accusé et délicat de formes architecturales.

C'est là une juxtaposition utile. C'est un art, qui se double et s'enrichit. C'est une fleur fécondée par une autre fleur. Les beautés architecturales d'une tour - d'un clocher - sont une préparation. Elles ont la valeur d'un cadre. Elles sont dressées pour faire jouer - et pour rendre merveilleusement éloquentes - éclatante sertissure - les étendues du ciel.

Extrait d'un Guide Anspach Bruxelles, vers 1950.

Eglise de Notre-Dame aux Riches Claires - Bruxelles Pentagone

Eglise de Notre-Dame aux Riches Claires - Bruxelles Pentagone
© Chando - 03/2012

L'orgue principal est l'instrument sur lequel pratiquent les élèves du Conservatoire royal de Bruxelles. Inauguré le 17 mai 2011, il est l'oeuvre de Patrick Collon avec la Manufacture d'Orgues de Bruxelles.

 

Eglise de Notre-Dame aux Riches Claires - Bruxelles Pentagone
© twiga_swala - 06/2010

Suivez eBru sur :

Suivez eBru_xelles sur Twitter
Suivez eBru sur Facebook