Eglise Saint-Jean-Baptiste au Béguinage - Bruxelles Pentagone


Toutes les rues de Bruxelles
Tous les restaurants de Bruxelles
Tous les cafés de Bruxelles

Toutes églises et chapelles de Bruxelles

  Eglise Saint-Jean-Baptiste au Béguinage
place du Béguinage
1000 Bruxelles (Pentagone)

Classée depuis le 5 mars 1936.

 

Au début du 18ème siècle, le Grand Béguinage de Bruxelles se composait de 1.084 maisons et s’étendait sur près de sept hectares. La communauté gravitait autour de l’église Saint-Jean-Baptiste dont la construction commença à partir de 1657. Certes, il existait bien un bâtiment mais les béguines voulaient le mettre au goût du jour, habiller ce gothique démodé de beaux habits baroques. Pour se faire, on s’inspira de l’église des jésuites toute proche. La nef et les bascôtés furent vraisemblablement achevés en 1675 quand l’église fut consacrée. La façade allait suivre. Si l’organisation tripartite de celle-ci évoque l’architecture gothique, la décoration, résolument baroque, dérive de l’église du Gesù à Rome avec, comme intermédiaire, l’église Saint-Michel de Louvain. Les nombreux décrochements, la superposition des ordres, les frontons à volutes et la riche ornementation appartiennent au vocabulaire baroque qui s’exprime aussi dans l’aménagement intérieur dont on remarquera les corniches en ressaut, les niches accostées de volutes et les nombreux putti ailés aux visages joufflus. Les autels, les confessionnaux, la chaire de vérité et l’orgue de Van Hool-Vermeersch (1869) forment un riche ensemble mobilier de style baroque.

© Monuments et Sites de Bruxelles, 2009.

 

Eglise Saint Jean-Baptiste au Béguinage, dite du Béguinage. L'église porte : aedificatum 1664 - restauratum 1856. Style désigné souvent baroque ou jésuite. C'est là, comme on sait, un mélange d'inspirations italiennes ou flamandes. C'est un style extrêmement orné. Torches avec flamme - arcs brisés symétriques issus de la renaissance italienne - consoles renversées - frontons brisés - gruirlandes de fruits - chérubins. On remarquera même - culminant dans cette esthétique - deux vases avec des fleurs - deux somptueux candélabres avec leurs cierges - et enfin, tout au dessus, une croix d'un mouvement factice et contourné. Formes qui devaient nous conduire, multipliées follement, à l'art des objets de piété, des articles pour première communiante. Surcharge abondante, pulpeuse, sans mauvais goût. Richesse qui participe de l'esprit sacré et du sensualisme du monde. La pierre blanche a été extrêmement patinée. De grandes et prédominantes trainées noires font de la beauté caractérisée ci-dessus une sumptuosité quelque peu alourdie et ténébreuse.

Extrait du Guide Pierre Anspach Bruxelles (6ème édition), vers 1950.

Eglise Saint-Jean-Baptiste au Béguinage - Bruxelles Pentagone
© Erf-goed.be - 09/2008

Suivez eBru sur :

Suivez eBru_xelles sur Twitter
Suivez eBru sur Facebook